Tokyo, l’îlot suspendu (Andretta – Nelson)

30 juin, 9h.
Je fais mes au revoir au village d’Andretta.
Ensuite, c’est l’histoire d’un périple de plus de 60h avec plein de chiffres partout.

1h de route jusqu’à l’aéroport de Dharamsala.
Je me laisse bercer par mes souvenirs.
Je regarde l’Inde, j’absorbe son essence visuelle, la scrute, l’ausculte.
Les éternelles guirlandes de sachets chatoyants en plastique contenant cacahuètes et autres déclinaisons de snacks.
L’intarissable beauté des reflets du ciel dans l’eau des rizières vert clair et des femmes qui y travaillent avec leurs saris rose, orange, rouges, jaunes… Les familles entières parfois s’y mettent. Tradition de joie. Planter, ensemble, les pieds dans l’eau.
Les magasins d’étoffes, les restaurants ouverts sur rue avec les énormes gamelles Continuer la lecture de Tokyo, l’îlot suspendu (Andretta – Nelson)

Publicités

Reprendre la route

D’abord, les champs de blés vert tendre. Les mangues dans le verger de la grosseur des petits pois. Les étendues de camomilles en fleur au parfum apaisant. Ces deux petits chiots patauds, frère et soeur, Potatoe et Panda. Et puis, hors de la bulle rurale de Navdanya, cette première immersion dans la ville de Dehradun, plongeon dans un urbanisme brouillon et vertigineux qui laisse sans repère et sans énergie.
Être nouvelle, être guidée.

Deux mois.
Continuer la lecture de Reprendre la route

Sous la peau des mangues

Collecter les mangues encore vertes, tombées au sol.
Portes porteuses, entre sève et nectar, les pédoncules dégagent un parfum puissant comme une liqueur, âcre et sucré, irrésistible.
Peler leur peau et découvrir le fruit encore ferme et blanc.
Les découper. Passer à travers de jeunes noyaux tendres comme le beurre.
Ce parfum qui revient.
Que le nez cherche, encore et encore, car il enivre les sens.
Sous la peau des mangues, cette essence puissante a épuisé la peau de ma paume.
Le lendemain, c’est mon épiderme qui pèle.
Ma main est en pleine mue.
Mue de Mu.
Elle seulement ?
Comme une peau de serpent.
Étape visuelle d’une transformation.
Changement de peau, création d’une nouvelle, lentement.
Extérieure. Intérieure ?

 

« Selon les textes, Bouddha reçut en don de la courtisane Ambapali un verger de manguiers pour y méditer et, selon de multiples interprétations, pour lui servir de source de revenus lui permettant ainsi de se consacrer à sa voie. » Wikipédia.

 

 

Biogaz : De l’étable à la gazinière.

Comme vous l’avez sans doute compris, Navdanya est une ferme qui pratique l’agriculture biologique. C’est aussi un lieu qui étend, hors des champs, ses principes écologiques. Ainsi, c’est avec du biogaz que sont cuits, entre autres plats couleur curcuma, les chapatis !

Le biogaz ?
C’est un gaz naturel créé à partir d’une biomasse (matières organiques pouvant devenir source d’énergie) grâce à un système de méthanisation.
La méthanisation ?
C’est un processus naturel biologique qui, par action bactériologique, et en absence d’oxygène, dégrade la matière organique.

Ingrédients (pour une semaine de biogaz) :
– Deux seaux de bouse fraîche dont la couleur est quelque peu verte. (La bouse Continuer la lecture de Biogaz : De l’étable à la gazinière.