Paris, rue de Metz

Les 18 et 19 mars, l’association parisienne La SAUGE (Société d’Agriculture Urbaine Généreuse et Engagée) organisait la deuxième édition des 48H de l’Agriculture Urbaine en France et en Belgique.
Pour ma part, j’ai passé les premières 24H à Paris, pour le bonheur d’installer en équipe un peu de verdure, rue de Metz.
Nous étions accompagnés d’(In)fusion qui offrait une dégustation de tisanes glacées bio et de La Pièce qui proposait un jeu de piste du Super Jardinier.

Publicités

Le temps de l’envol des outardes (Partie 2)

Ce dernier après-midi à Sainte-Anne-du-Lac, je suis Maryanne dans la serre où je récolte les tomates cerises qui n’en finissent pas de rougir.
Maryanne sort vider les plantes aquatiques de la marre aux grenouilles, dévoilant leurs merveilleuses racines indigo.
Après éviction des bulbes flottants et de quelques seaux d’eau, une famille grenouille apparaît en effet. Petites, moyennes, grandes.
Le ciel s’assombrit.
J’aide Réal à désinstaller une clôture.
Je rassemble et remonte les piquets en acier. Ils pèsent un bon poids.
J’emporte jusqu’à la cabane, comme un marchand de tapis, le grillage enroulé.
Réal plaisante sur ma musculature en passe de devenir méconnaissable.
Maryanne remplit des brouettes d’herbes, fleurs, haricots, tomates, œillets d’Inde, bourraches…
Les terres se dénudent.
Toujours et encore, de plus en plus.
Comme les outardes, le sol se prépare à l’hiver. L’hibernation à défaut de la migration.
La fin du cycle de production est tout à fait Continuer la lecture de Le temps de l’envol des outardes (Partie 2)

Musique impatiente

Fermer le jardin, toujours et encore.
Je déracine les impatientes de l’Himalaya qui ont gelé dans la nuit.
Je découpe leurs hautes tiges creuses et robustes pour les déposer au compost.
Structurées comme du bambou, elles sonnent aigu ou grave sous les lames du sécateur.
Une subtile musique se joue.

 

 

Révélations colorées

Jardin de l’Hôtel de ville.
Mardi est un jour de livraison. Le jardin s’active pour les récoltes.
Je travaille avec trois autres bénévoles.
Sortir de terre, couper les fanes, les tiges ou les racines, nettoyer.
Dévêtues de leur couche de terre, les couleurs des légumes se révèlent.
Rose, orange, violet…

Pommiers, grelinette, pommes de terre, etc. (Partie 1)

Pendant mes deux semaines auprès de Maryanne et Réal, tous deux profondément sensibles à la fois au social et à l’environnemental, mes mains travaillent dans la terre de différents jardins.

Du vendredi au lundi, nous sommes chez mes hôtes.
Certaines récoltes de légumes dans leur potager sont suffisamment abondantes pour leur permettre de donner leur surplus à la Manne du jour.

Du mardi au jeudi, nous allons en ville à Mont-Laurier, à 45 minutes de route.
Maryanne travaille à la boutique L’Essentielle et pendant ce temps, j’accompagne Réal dans les différents potagers urbains.
Le jardin « Commune Eau Terre », partagé par une petite communauté. Maryanne et Réal y entretiennent pour eux une petite parcelle supplémentaire.
Et les jardins de l’association Cultiver pour nourrir : celui de l’Hôtel de ville (anciennement tenu par des bonnes sœurs et où la culture se fait dans le sol) et celui de Floraberge (où la culture est organisée en bacs et sous serre).
‘Cultiver pour nourrir’ est une association Continuer la lecture de Pommiers, grelinette, pommes de terre, etc. (Partie 1)